• Grève à la Stib: il voyage à l’extérieur de son tram bondé

    A l’arrière d’un tram 55 de la Stib.
    A l’arrière d’un tram 55 de la Stib. - SUDPRESSE

    Son tram était bondé ce lundi après-midi à cause de la grève. Il n’avait pas envie d’attendre le suivant, les fréquences étant nettement moins bonnes qu’à l’accoutumée… Qu’à cela ne tienne, ni une ni deux, il s’est agrippé au pare-brise arrière du tram pour faire son trajet !

    «  Le tram était rempli à cause de la grève. Il n’y avait plus de place à l’intérieur. Je n’ai donc eu d’autres choix que de voyager en me tenant à l’essuie-glace !  », telle a en substance été la justification du jeune homme que l’on aperçoit dans la vidéo.

    L’intéressé a été pris en filature et s’est fait coincer en flagrant délit par des patrouilleurs de la Stib. Grève ou non, il faut savoir qu’il risque – au-delà de sa vie – d’écoper d’une amende substantielle pour «  mauvaise utilisation des véhicules de la Stib  ».

  • Une voiture se retrouve sur le toit à Dison après un accident

    Un accident spectaculaire.
    Un accident spectaculaire. - O.G.

    Un accident assez spectaculaire s’est produit ce lundi vers 14h15, rue de la Station à Dison. Une voiture descendait en direction du centre de la commune lorsque, pour une raison inconnue, l’homme a dévié d’un coup et est entré en collision avec une voiture en stationnement, avant de faire un tonneau.

    «  J’étais au téléphone, face à la fenêtre lorsque j’ai entendu un gros boum. J’ai vu l’entièreté de l’accident. Le conducteur descendait la route normalement puis il a dévié d’un seul coup. Il est rentré dans la voiture mauve garée un peu plus bas. C’est à ce moment là que sa voiture s’est retournée », nous confie un témoin. «  Des passants ont aidé le conducteur ainsi que son passager à sortir de la voiture mais heureusement, il allait bien  ».

    Un accident assez spectaculaire.© O.G.

    28217887_10215464415301140_1287388064_o©O.G.

    L’homme souffrirait d’une petite douleur au pied mais irait bien, c’est d’ailleurs ce que nous a confirmé l’officier de garde de la zone de police Vesdre. Un accident plus spectaculaire qu’autre chose, heureusement !

  • Voici les prénoms les plus rares des jeunes Belges

    d-20170318-3DM77D 2018-02-09 23:11:19

    En Belgique, on compte donc 135.219 Maria (dont 100.000 en Flandre), 102.484 Marie, 42.505 Monique, 41.641 Martine et 40.455 Nathalie. Chez les hommes belges, on retrouve 74.933 Jean, 65.968 Marc, 52.339 Patrick, 50.532 Michel et 50.323 Luc.

    Mais c’est dans le bas du classement qu’on se rend compte que les Belges ne manquent pas d’originalité lorsqu’il s’agit de donner un nom à leur bébé. Avec plus ou moins de succès, avouons-le, certains visant l’originalité à tout prix quitte à forcer leur enfant à devoir épeler toute leur vie leur petit nom…

    Nous nous sommes donc attardés aux prénoms les plus et les moins portés par les moins de 18 ans en 2017.

    bébés

    Ainsi, la Belgique compte actuellement 5 jeunes de moins de 18 ans prénommées Vu et 5 Wanessa, 5 Ariel, 5 Phoenix et 5 Phoebe, comme dans la série Friends.

    Il y a aussi 15 Penda, 14 Domitille, 8 Dalida et 88 Belinda, 6 Bienvenue et autant de Beyonce, 132 Marylou et 112 Lolita.

    En Wallonie, parmi les plus courants chez les jeunes filles de moins de 18 ans, ce sont Léa, Manon et Clara qui remportent la palme.

    On trouve par contre 5 jeunes Wallonnes de moins de 18 ans baptisées Poppy, 5 Precious, 5 Madissone, 5 Schirley, 5 Shaïnesse, 7 Noëmy, 8 Shannone, 6 Prunelle, 21 Chrystal

    Beaucoup plus classique, il y a 5 jeunes Marcelline, 5 Léone, 5 Mirabelle, 5 Geneviève, 6 Domitille et autant de Célestine, 7 Jeannette, 7 Césarine, 9 Prudence et 10 Princesse de moins de 18 ans.

    Et chez les garçons ?

    Côté garçons, en Belgique, c’est Lucas, Thomas et Louis qui occupent le top 3 des prénoms les plus courants chez les moins de 18 ans. Bien plus rares, on compte chez les moins de 18 ans, 5 jeunes Sylvestre, 5 Promesse, 5 Précieux, 5 Pépin et 5 Placide, 5 Levis, 5 Fortune, 5 Kito, 8 Merveille et 6 Mars.

    Les prénoms composés ont moins la cote : notre pays ne compte que 5 Jean-Edouard de moins de 18 ans, 6 Paul-Alexandre, 8 Pierre-Edouard, 8 Jean-Daniel et 9 Paul-Arthur.

    En Wallonie, bien loin des Nathan, Hugo et Lucas, les prénoms les plus courants, on compte 15 Nemo et 8 Némo de moins de 18 ans, mais aussi 5 Thor, 5 Sun et 9 Sunny, 6 Quantin, 7 John-John et autant de Leandre, 8 Axl (sans e donc), 9 Méo, 9 Cooper et 10 Corey. On a aussi compté 11Jésus et 5 Dieu dans ce classement.

  • Grève à la Stib: «la sécurité n’est pas assurée aujourd’hui»

    stib_grève

    «  La Full Integrated Police Action (FIPA) qui devait avoir lieu aujourd’hui est également annulée à cause de la grève et une personne est déjà décédée des suites d’une crise cardiaque ce matin dans l’enceinte de la station Botanique… » Contacté, le porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman, indique à ce sujet que : « La victime a 31 ans. Son corps a été découvert sur le quai de la station par un employé de nettoyage tôt ce matin. Le médecin légiste n’a pas pu déterminé la cause de son décès. Raison pour laquelle une autopsie du corps sera réalisée ».

    Ligne 1  : « c’est la direction qui roule »

    «  La grève est largement suivie. On continuera jusqu’à ce que la direction entende nos revendications. C’est-à-dire : plusieurs jours s’il le faut  », poursuivent quant à eux les syndicalistes rouges de la Stib.

    «  Les seuls conducteurs de bus et de tram qui roulent sont en grande majorité des délégués et des affiliés de la CSC, un syndicat qui a reçu pour mission de convaincre le personnel de reprendre le travail. Quant à la ligne de métro 1 qui roule, ce sont 4 cadres instructeurs métro qui ont été réquis par la direction, c’est donc la direction qui roule ! »

    Aucun piquet

    Aucun piquet de grève n’a été installé lundi matin dans les dépôts de la Stib, indiquent les syndicats CGSP et CGSLB. La circulation des transports en commun bruxellois est perturbée en raison d’un préavis de grève déposé par les deux syndicats. «Nous ne cherchons pas à bloquer ceux qui travaillent», souligne Stephan De Muelenaere, secrétaire permanent CGSLB. Des barrages filtrants sont toutefois organisés afin de sensibiliser les employés qui prennent leur service.$

    Climat néfaste

    L’action de grève initiée par la CGSP et la CGSLB, qui dénoncent divers problèmes opérationnels qui engendrent «un climat social néfaste» au sein de la société des transports en commun bruxelloise, est un succès, se réjouissent lundi matin les deux syndicats. «Les seuls chauffeurs qui travaillent sont ceux affiliés à la CSC», qui a décidé de ne pas participer au mouvement, indique Morad Essaouiki, responsable CGSP.

    «La grève est un grand succès», enchaîne M. De Muelenaere. «C’est dommage pour les voyageurs mais parfois il faut frapper fort» pour être entendu, souligne-t-il.

    Une réunion entre la direction et les trois syndicats - CGSP, CGSLB, CSC - est prévue lundi à 9h30.

  • Football amateur: les résumés des matches en province de Hainaut

    RPR SYMPHORIEN PAYS VERT 4

    D3A

    JS. Taminoise - RAAL La Louvière (2-1)

    Francs Borains - CS Onhaye (3-1)

    RFC Tournai - US Solrézienne (3-0)

    Provinciale 1

    Soignies Sport - Ransart (4-2)

    Saint-Symphorien - Ostiches-Ath (0-1)

  • Football amateur: les résumés des matches en province de Liège

    Liège s’est facilement imposé contre Walhain.
    Liège s’est facilement imposé contre Walhain. - Van Ass

    D1 Amateurs

    Seraing - Alost (1-0)

    D2 Amateurs

    RFC Liege - RW Walhain (3-0)

    Sprimont C.Sport - R.R.C. Hamoir (1-3)

    La Calamine - R. Stade Waremmien FC. (1-4)

    D3B

    Herstal - RFC TIlleur (1-2)

    Aywaille - Givry (0-3)

    RDC Cointe - RCD Verlaine (0-4)

    Huy - Richelle (0-0)

    Provinciale 1

    RFC Warnant - Aubel FC (3-1)

    RFC Ougree - ASH Milanello (7-0)

    R. Espoir Minerois - J.S Fizoise (0-0)

    Beaufays - UCE Liège (1-2)

    Wanze - Bas-Oha (0-0)

    Provinciale 2C

    FC Ster-Francorchamps - A.C Hombourg (3-1)

    Provinciale 3B

    R. Oupeye FC - R.S.C Tilffois (5-2)

  • Incendie à Bruxelles: 1 personne intoxiquée a l’hôpital (vidéo)

    incendie bxl

    Le dépôt en feu est situé à l’arrière d’un magasin de meubles, situé sur les quais. Les pompiers font leur possible pour éviter que le feu ne gagne les magasins avoisinants.

    Lire aussi 965160639743356928

    Plus d’informations dans quelques minutes.

  • Les incidents marquants des derniers Charleroi-Standard

    MontageChaSta

    Mars 2011 : Charleroi-Standard (0-2)

    Interrompu plusieurs fois en raison de jets de fumigènes par les supporters du Standard, le match est une nouvelle fois stoppé en seconde période : mécontents des résultats de leur équipe, les supporters carolos inondent le terrain de balles de tennis, donnant une scène surréaliste avec le gardien carolo Rudy Riou obligé de « déblayer » son rectangle. Après la rencontre, certains fans de Charleroi avaient tenté d’envahir la pelouse, obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

    Août 2012 : Charleroi-Standard (2-6)

    Après la large victoire des Liégeois au Mambourg, Sébastien Pocognoli s’illustre en allant planter un drapeau des Ultras du Standard au milieu de la pelouse. Insultant pour les supporters des Zèbres qui demanderont justice. Pour ce comportement « incitant à la violence », le joueur liégeois écopera d’une amende de 650 euros par le ministère de l’Intérieur.

    Octobre 2015 : Charleroi-Standard (2-3)

    Devant au marquoir grâce à Perbet et Baby, Charleroi est stoppé dans son élan. Nicolas Penneteau est victime des pétards lancés par les supporters du Standard, ce qui provoque l’arrêt temporaire du match. Une pause de dix minutes qui s’avèrera favorable aux Rouches, relancés par le but de Jelle Van Damme puis finalement vainqueurs grâce à Renaud Emond.

    Décembre 2016 : Charleroi-Standard (1-3, arrêté)

    Le match de la honte. Comme un an auparavant, Nicolas Penneteau est la cible de jets de pétards et de briquets de la part des supporters du Standard, alors que les Rouches mènent grâce à Sa et Belfodil. Le match est arrêté après de nouveaux incidents suite au 1-3 d’Orlando Sa. Après avoir repris, la rencontre est définitivement stoppée par Mr. Gumienny suite aux projectiles lancés vers Guillaume Hubert par les fans carolos. Résultat sur tapis vert : aucun point pour les deux équipes.

  • Neige : dernier jour pour le ski, ce dimanche

    Plusieurs parcours de ski de fond sont encore proposés comme au Signal de Botrange.
    Plusieurs parcours de ski de fond sont encore proposés comme au Signal de Botrange. - Belga

    Si le temps est ensoleillé pour le bonheur de nombreuses personnes, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les skieurs du sud du pays. La semaine de vacances a vu le nombre de centres de ski ouverts diminuer de jour en jour. Ce dernier week-end de Carnaval accueillera les derniers amateurs de glisse dans les quinze dernières stations encore accesibles.

    L’offre s’est recentrée principalement sur les Cantons de l’Est et sur la province du Luxembourg où le site de la Baraque Fraiture est désormais la seule station à recevoir les visiteurs. La raison : des températures à la hausse et des chutes de neige moins importantes depuis le début de la semaine. Pourtant, il est encore possible de skier dans de bonnes conditions.

    Vers une fin de saison

    La pluie de vendredi a permis aux pistes de dégeler durant la nuit et de rendre la neige compacte. «  Ce sont des conditions correctes pour la pratique du ski et qui permettent de bonnes conditions de glisse pour nos visiteurs  » assure-t-on au centre de ski du Signal de Botrange.

    Des pistes qui ne devraient pas rester ouvertes au-delà de ce week-end de Carnaval en raison des températures douces annoncées pour les prochains jours. «  Nous n’ouvrirons probablement pas lundi sauf si les prévisions météo se confirment et qu’il tombe au moins 5cm de neige fraîche  » affirment encore les responsables du centre du Signal de Botrange.

    Les différents exploitants des pistes de ski des Cantons de l’Est et du Luxembourg conseillent donc aux amateurs de glisse de profiter des pistes ce dimanche. Bien que l’offre soit réduite, le nombre de pistes et d’activités possibles devrait ravir petits et grands.

    Le ski de fond en vedette

    Parmi les activités possibles, on retrouve principalement du ski de fond. Le centre de Houyres sur les hauteurs de Malmedy propose un parcours de 2,5 et 5 km. Les centres des Hautes-Fagnes disposent quant à eux de tracés de 2,5 et 25 km au départ des centres du Signal de Botrange, de la Maison du Parc de Botrange, du Mont Rigi, de la Baraque Michel et du Mont Spinette. En province de Liège, il est aussi possible de skier sur la seule piste de 3 km ouverte au centre du Val de Wanne.

    Pour les amateurs de ski alpin, il faut se rendre à Ovifat, dans les Cantons de l’Est, et également à la Baraque Fraiture. Les personnes qui n’aiment pas skier pourront toujours se rabattre sur la luge et la motoneige au centre de Houyres. C’est le seul centre qui propose encore ces activités. Comptez 9 euros pour trois tours de motoneige.

    D’autres choisiront probablement de se délaisser sur la neige pour profiter du retour du soleil après deux mois de grisailles.

    A visionner  : le reportage de la RTBF à Ovifat, dans les « cantons de l’Est »

    Loïc Martin

  • JO 2018 : ce journaliste craque en direct et devient la risée

    FR 2

    Ce samedi 17 février, Alexandre Boyon, journaliste de France 2, allait commenter les épreuves de biathlon aux Jeux olympiques de Pyeongchang pour France Télévisions lorsque la scène cocasse s’est produite. Alors qu’il se croyait hors antenne, ce dernier a poussé un cri quelque peu déroutant alors qu’il était en plein direct.

    «  Vous êtes en direct mon cher Alexandre, craquage intégral  » prévient tout de même Mathieu Lartot sur le plateau avant qu’Alexandre Boyon se reprenne. «  Ce sont les aléas du direct  » a-t-il lancé avant de plaisanter sur Twitter «  Reste maintenant à travailler la Corée-graphie  ».

    La séquence a déclenché les rires de ses collègues et n’a pas échappé aux téléspectateurs qui se sont empressés de commenter le craquage du journaliste sur la Toile.